Silvia Locatelli

conseillère générale, La Chaux-de-Fonds


Mes motivations

Chèr-e-s camarades, alors qu’ici, comme ailleurs, d’aucuns se plaisent à ébranler les valeurs humanistes sur lesquelles nos sociétés se sont développées, il est plus que jamais important de s’engager pour non seulement préserver les acquis sociaux, mais les développer et influencer globalement les politiques publiques qui sont menées. Il y a bien longtemps que j’ai acquis une conviction : il ne sert à rien de s’indigner si nous ne sommes pas prêts à nous engager pour le changement. Rester passifs nous rend complices des dégradations sociales. Cette conviction m’a logiquement menée à adhérer au PS il y a 15 ans, elle a marqué mon engagement politique et associatif comme mon parcours professionnel. Cette conviction ne m’a jamais quittée. Au contraire, mon engagement m’a permis de voir plus concrètement les dégâts d’une société dans laquelle on tend de moins en moins à se soucier de l’humain. Au fil des années, et de mes expériences, politiques comme professionnelles, j’ai pu constater l’impact concret du cadre, ou de l’absence de cadre, fédéral pour les collectivités et la population notamment dans les domaines de l’emploi, de l’égalité, du logement, des assurances sociales ; j’ai vu l’importance d’avoir une délégation combative à Berne pour faire valoir les intérêts d’un canton comme le nôtre. 

Aujourd’hui, c’est cette même conviction qui me donne l’envie de faire un pas supplémentaire et m’investir pour faire bouger ces cadres au niveau fédéral ; cette conviction qui me pousse à me mettre à disposition de notre parti pour une candidature sur la liste au Conseil des États. Je mesure la responsabilité que cette démarche implique et m’engage, si je suis en liste, à y amener l’expérience syndicale et institutionnelle que j’ai eu la chance d’acquérir, ainsi que mon regard de femme issue de la migration. Je m’engage également à porter avec les autres candidat·e·s du PSN les valeurs socialistes et projets visant une société plus juste, pour toutes et tous, sans privilèges. 

Un de mes projets

Dès 55 ans, le risque de se retrouver au chômage est accru et les perspectives d’emploi tendent à diminuer. Cette situation fait basculer de trop nombreux travailleurs âgés dans la précarité. Ce n’est pas admissible. Il m’apparaît important d’agir prioritairement sur deux axes : 

- Le soutien au maintien en emploi (par ex. : financement de formations spécifiques notamment liées aux nouvelles technologies ; soutien à la création de postes adaptés, non soumis à la productivité et qui valorisent l’expérience par la transmission de savoir aux plus jeunes ou l’encadrement des personnes en insertion). 

- Les mesures de protection en cas de licenciement (par la limitation des possibilités de licenciement à l’instar des règles du licenciement abusif, et l’allongement des délais de dédite).



Silvia Locatelli

NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic et d’affiner les contenus mis à votre disposition sur nos supports numériques.