Oguzhan Can

conseiller général, La Chaux-de-Fonds

Mes motivations

L’ouverture. Le canton de Neuchâtel incarne cette valeur par son industrie ouverte au monde et par la diversité de sa population ; deux caractéristiques qui doivent lui permettre de rester au centre des intérêts et de fournir une source d’inspiration pour contrer la politique de renfermement qui secoue notre pays. La multiculturalité que j’incarne est une richesse que j’essaie toujours d’intégrer dans mon combat politique et je pense que la Suisse a, aujourd’hui, plus que besoin de cette ouverture au monde.

En effet, il est inimaginable de concevoir une économie forte et compétitive sans réfléchir de façon globale et sans intégrer l’ensemble des acteurs internationaux. Nous dépendons tous des uns et des autres. Et s’il y a une chose que je retiens de mes nombreux voyages à travers le monde, ce sont bien les relations humaines et tout ce qu’elles amènent de positif dans nos sociétés lorsqu’on cherche à se connaître, à échanger et à œuvrer ensemble. 

Toutefois, le monde, dans toute sa diversité et sa complexité, soulève constamment des questions sociétales et incite à de profondes réflexions politiques. En ce sens, la place de l’individu parmi ses congénères revêt une importance capitale et il est de notre responsabilité, en tant que socialistes, de garder la solidarité au centre de l’échiquier politique. Car en effet, les réalités et les besoins de notre société sont en constante évolution, et il convient d’agir en conséquence pour que chacun puisse y trouver son compte. Dans ce sens, l’État joue un rôle de régulateur et il est aujourd’hui plus que nécessaire de le défendre. 

Ainsi, par mon engagement, je souhaite vivement apporter un élan d’ouverture et de solidarité dans les différents défis qui nous occuperont. Et mes expériences personnelles, professionnelles et politiques me font dire que rien n’est gagné et que tout reste à faire, raison pour laquelle je vous présente, en marge des prochaines élections fédérales, ma candidature à la candidature au Conseil national.


Un de mes projets

Le numérique est l’artère de notre société. La Suisse et notre canton doivent s’inscrire dans les tendances et les évolutions actuelles. Bien que des réformes fédérales soient en cours, il reste encore beaucoup
à faire, tant le chantier est vaste et complexe.

La révolution numérique a en effet bouleversé notre monde. Et il revient à l’État de s’y adapter et de répondre aux besoins de chacun·e ; et ses prérogatives sont nombreuses. L’innovation et l’emploi sont les moteurs
de l’économie, et il convient d’offrir un cadre
et des infrastructures propices au développement des entreprises dans un marché toujours plus compétitif. 

Bien sûr, il est impératif que nos lois - surtout la Loi sur la protection des données (LPD) - puissent garantir notre vie privée et notre sécurité, car si le numérique comporte beaucoup d’avantages, il permet tout autant de méfaits.

Oguzhan Can

NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic et d’affiner les contenus mis à votre disposition sur nos supports numériques.