NO
Article du point
La Parité, sans entraves ni temps morts

Comme beaucoup d’entre nous, je me souviens du Congrès extraordinaire organisé pour traiter de la parité sur les listes électorales et du lancement d’une initiative cantonale à ce sujet. La désignation « extraordinaire » était imposée par nos statuts. Il était pourtant question d’une réalité ordinaire, d’un instrument de base, qui veut consolider l’accès des femmes* et des hommes aux mêmes droits et possibilités. Le Congrès devait surtout souligner la nécessité de modifier la Loi sur les droits politiques, du 17 octobre 1984, et le souhait de voir les femmes* investir progressivement, collectivement et sereinement, la sphère politique. Rarement l’ordinaire ne m’était apparu si extraordinaire et l’extraordinaire si ordinaire qu’en ce 23 septembre 2020.

Je ne pouvais m’empêcher de me dire que cela se passe en Suisse, un pays que l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle a élu en 2020 comme le plus innovant au monde, pour la dixième année consécutive. L’Indice mondial de l’innovation passe 131 pays à la loupe et prend en compte aussi bien les nouveautés créées à partir de l’innovation que les conditions préalables qui visent à la favoriser. Parmi ces conditions, on cite un environnement commercial favorable, une grande stabilité politique, des services de plus en plus performants dans les TIC (technologies de l’information et la communication), des investissements importants dans la recherche et développement, la grande qualité de nos universités.

Justement, parlons-en de nos universités et de toutes nos filières de formation, de la proportion supérieure d’étudiantes dans les divers cursus, de diplômées à la fin de ces parcours ! Rappelons-le : en Suisse, de manière générale, le niveau de formation des femmes* est plus élevé que celui des hommes. Et pourtant, la représentation des femmes* dans les instances de pouvoir, les rôles dirigeants, les sphères décisionnelles, professionnelles et publiques, reste modeste.

Injustement, le pays consacré, une dixième fois de suite, le plus innovant au monde, dispose d’un congé maternité depuis 15 ans seulement et d’un congé paternité depuis… quelques mois. La liste des manquements en matière de conditions préalables qui viseraient à favoriser l’ascension, la représentation des femmes* est malheureusement longue ! Elle oscille entre les disparités dans les salaires, l’emploi, la charge mentale ; elle concerne la protection des femmes* victimes de violences, le respect des droits des femmes* dans les médias, les dispositions relatives au harcèlement moral et au harcèlement sexuel, etc.

Notre initiative cantonale sur la parité souligne le besoin de confronter le statu quo et d’accompagner les transformations de paradigme. Les F*SN y voient une approche plurielle, une logique de co-construction et d’alliances pour apporter des solutions efficaces à des enjeux complexes. L’école en continu et un congé parental de 38 semaines formulent quelques prémices, ambitieusement lucides, pour renforcer les conditions préalables facilitatrices de la représentation des femmes* dans les dispositifs politiques, publics ou professionnels.

Dans le pays consacré une fois encore le plus innovant au monde, il est temps de breveter et de faire prospérer la parité, l’égalité et l’innovation sociale, celle qui veut qu’on apporte de nouvelles réponses à des besoins sociaux peu ou mal satisfaits. Il est temps de combler nos lacunes, d’accélérer le pas, dans nos consciences et dans les faits. Sans entraves ni temps morts.

L'initiative peut être signée ici

La Parité, sans entraves ni temps morts

NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic et d’affiner les contenus mis à votre disposition sur nos supports numériques.