NOYESNONO
Article du point
Bilan de la première année de législature

En mai 2021, le Gouvernement et le Parlement neuchâtelois se trouvaient renouvelés, plus jeunes, plus féminins mais aussi plus à droite. Un an après, quel bilan peut-on tirer des nouvelles majorités et de la place du PS ? Entretien avec Florence Nater, Jonathan Gretillat et Romain Dubois.

Nouvelles majorités, nouvelles fonctions

Les dernières législatures, avec leur Conseil d’État à majorité socialiste, ont laissé leur empreinte. « Elles ont permis de revenir de loin en termes de crédibilité des institutions, de gestion des politiques et des finances publiques et du renforcement du rôle de l’État » salue Jonathan. Ces gouvernements ont mené d’importantes réformes « qui apportent aujourd’hui à notre canton une certaine stabilité et de l’espoir quant aux défis qui l’attendent » ajoute Romain. Cette période a par ailleurs mis à l’épreuve la coexistence d’une gauche gouvernementale et d’une gauche d’opposition – question toujours d’actualité, dont « la réponse devrait sans doute être animée de la préoccupation première de l’intérêt collectif aujourd’hui et demain » souligne Florence qui, après des années dans l’hémicycle, a désormais adopté « le costume gouvernemental, ses contraintes et ses réalités ». Du côté du groupe aussi, la posture a changé. « Il s’agit d’être attentif que ce qui a été entrepris au cours des dernières années ne soit pas progressivement démantelé, en jouant un rôle de contre-pouvoir actif au Parlement » met en garde le président de groupe. Une nécessité que souligne Romain, pour qui la gauche doit « contrer les velléités d’attaquer les acquis sociaux ».

Un parlement recomposé

Les majorités ont changé, la composition du Parlement aussi. « Elle se rapproche désormais plus de celle de la population et permet de questionner certains codes parfois poussiéreux » relève le président du PSN tout en rappelant que « maîtriser les règles institutionnelles demande un peu de rodage ». Une majorité féminine ne signifie pas obligatoirement un parlement plus progressiste… Pour le chef du groupe, « cela se traduit très clairement par des décisions décevantes en termes d’égalité et de progrès ». Un constat que partage notre conseillère d’État, pour qui ce parlement reste « porteur d’espoir de changements ». Et la circonscription unique ? Chaque député ne représentant plus une région donnée mais l’ensemble du territoire, « les débats en plénum sont désormais beaucoup moins régionalistes et les députés semblent particulièrement attentifs à la cohésion des différentes régions du canton » se réjouit Jonathan. L’absence de membres d’exécutifs communaux n’y est certainement pas étrangère. Mais la circonscription unique ne résout pas toutes les difficultés spécifiques aux régions et aux communes, tempère Florence, « la qualité du dialogue canton-régions-communes sera déterminante ces prochaines années ».

Quelles ambitions pour quels défis ?

 Ce parlement doit désormais répondre à la crise climatique et à ses effets sociaux alors que notre société sort d’une pandémie et que notre continent renoue avec la guerre. Comment composer dans un tel environnement ? En gardant le cap sur nos objectifs et en apportant des réponses aux défis urgents qui surgissent. « Le rôle de notre parti est d’agir avec toutes les forces progressistes pour une transformation écologique et sociale de notre canton, de manière à rendre sa population et ses infrastructures résilientes face aux changements à venir » affirme Jonathan. L’action appelle nécessairement des moyens ambitieux, qui manquent pour le moment. Romain le reconnaît, « la majorité de droite actuelle tombe particulièrement mal face au besoin d’agir urgemment et fort ». Et d’insister que de nouvelles majorités doivent être trouvées « sans nous perdre dans des compromis boiteux et insuffisants ». Jonathan rappelle que les projets d’envergure étant soumis au frein à l’endettement, obtenir des compromis dans l’hémicycle est incontournable. Les projets ne manquent pas pour répondre à la crise climatique. Il faut envisager des investissements conséquents « dans la formation socio-professionnelle et les métiers de demain, dans la transition énergétique renouvelable et régionale, dans une agriculture locale et durable, dans des activités économiques relocalisées et fonctionnant en circuits courts, et renouveler les mécanismes de solidarité intergénérationnelle, afin de ne pas oublier les importants défis liés au vieillissement de la population. » Si les crises successives peuvent ébranler nos convictions, « le défi principal réside dans notre capacité à opérer les virages nécessaires sans dogmatisme, sans utopie, avec pragmatisme… au parti comme au gouvernement » glisse Florence. Et d’ainsi rester fidèles à nos valeurs, au gré des législatures, « aux manettes » ou dans l’opposition, en créant des ponts pour trouver des solutions et en assumant nos responsabilités.

Quelques moments marquants

  • 2 novembre 2021 : Adoption à l’unanimité de la LIncA (loi sur l’inclusion et l’accompagnement des personnes vivant avec un handicap) « Un projet dans lequel je me suis impliquée depuis 2014 et que j’ai la chance de pouvoir mettre en œuvre au gouvernement » indique la cheffe du DECS.
  • 25 janvier 2022 : Mobilisation, initiée par le PS, de la population et de la gauche politique et syndicale pour défendre le congé-maternité, succès en plénum ! « La gauche a su montrer qu’elle disposait de deux grandes forces : sa capacité à s’unir pour résister et à mobiliser pour défendre les acquis sociaux ! » note avec satisfaction le président du PSN.
  • 24 février 2022 : Début de l’« opération spéciale » russe en Ukraine « Une guerre qui impactera les mouvements migratoires et plus concrètement la gestion de l’accueil des réfugié·es » constate Florence.
  • 2 mai 2022 : Assises de la cohésion sociale, première étape d’une démarche participative initiée par notre conseillère d’État et où « 250 personnes se sont réunies pour entamer le dialogue sur les politiques sociales de notre canton ».

Photo : Muriel Antille

Bilan de la première année de législature

NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic et d’affiner les contenus mis à votre disposition sur nos supports numériques.