• 2017

  • PSN
    En rejetant par 76% et 77% des voix les modifications de lois portées par la droite neuchâteloise, Parti libéral-radical en tête, les Neuchâtelois-e-s ont réaffirmé leur plein et entier soutien au dialogue social. Le Parti socialiste neuchâtelois se réjouit de ce cri du cœur adressé aux travailleuses et travailleurs de la santé. N’en déplaise à certains acteurs privés : « NON, la santé n’est pas un marché comme les autres ! » Continuer
  • PSN
    Trop cher. C’est ainsi que le Conseil fédéral juge l’introduction du congé paternité sur le plan fédéral. Comment ne pas s’indigner d’une telle prise de position dans un pays qui se targue d’être à la pointe de l’innovation ? Plus qu’un message d’un autre âge, c’est un signal désastreux envoyé aux familles de ce pays. Continuer
  • Florence Nater, présidente du PSN
    Camarades, dans le calendrier des échéances démocratiques, la page des votations du 24 septembre est tournée. Politiquement, il en va autrement. À l’aune d’un résultat en demi-teinte, un regard rétrospectif sur la campagne s’impose. Continuer
  • Florence Nater, Oguzhan Can, Antoine de Montmollin
    Des trois objets soumis au verdict populaire, un seul est resté sur la ligne de départ. Sans doute le plus immédiatement concret et palpable pour la population. Continuer
  • Baptiste Hurni, député
    Le 27 mars dernier, peu avant les élections cantonales, la droite du Grand Conseil, alors majoritaire, a décidé de modifier les lois faisant référence à la CCT Santé 21 pour lui substituer deux CCT, l’une pour le personnel soignant, l’autre pour le personnel non soignant, dans un but affiché de réal Continuer
  • PSN
    Le Parti socialiste neuchâtelois prend acte des résultats sortis des urnes aujourd’hui. Des résultats paradoxaux à certains égards. Si les Neuchâtelois-e-s ont souhaité voir les frontières administratives abolies dans le cadre de la Réforme des institutions, ils ont rejeté le projet de réorganisation de la justice qui s’inscrivait dans la même logique d’un canton, un espace. Le report de l’harmonisation des frontaliers a, pour sa part, recueilli une majorité démontrant que la solidarité n’est pas un vain mot en terre neuchâteloise. Continuer
  • Florence Nater, Laurent Kurth
    Le mois d’octobre est depuis des années celui de l’annonce des primes d’assurance-maladie, singulièrement des hausses de primes. Continuer
  • PSN
    Le Conseil d’État a mis en consultation le projet de rapport relatif à la modification de la Loi instituant une Caisse de pensions unique pour la fonction publique du Canton de Neuchâtel. Voici la réponse transmise par le PSN. Continuer
  • Anne-Françoise Loup, Corine Bolay Mercier
    Soutenue par une délégation des Femmes* socialistes neuchâteloises (FSN), Martine Docourt Ducommun a été élue par acclamation et à l’unanimité à la coprésidence des Femmes* socialistes suisses le 2 septembre à Berne. Elle succède ainsi à Cesla Amarelle, élue au Conseil d’État vaudois. Continuer
  • Dominique Andermatt-Gindrat, président commission santé du PSN
    La votation HNE de février a marqué un tournant dans l’organisation hospitalière neuchâteloise. La réflexion, qui sera profonde, devrait permettre de trouver des solutions viables et pour l’ensemble du canton. Continuer
  • PSN
    Le Parti socialiste neuchâtelois officialise son soutien aux deux initiatives fédérales qui visent à corriger les défauts les plus criants du système d’assurance-maladie. L’initiative « Pour un Parlement indépendant des caisses maladie » propose d’entériner ce qui apparaît comme une évidence pour un bon nombre de citoyens : un parlementaire fédéral ne peut siéger dans l’organe d’administration, de direction ou de surveillance d’une caisse maladie. Une évidence qui doit devenir la règle. La seconde initiative « Assurance-maladie. Pour une liberté d’organisation des cantons » veut, elle, permettre la mise en place de caisses de compensation cantonales dans les cantons qui le souhaitent. Cet outil apportera davantage de transparence et permettra notamment de limiter les hausses des primes à la hausse des coûts de la santé. Continuer
  • PSN
    La solidarité entre communes prend tout son sens en période de crise. C’est dans ces instants que l’on peut mesurer la valeur des engagements des uns et des autres. Le report de la bascule de l’impôt des frontaliers s’inscrit dans cette logique. Accepter de reporter cette bascule, ce n’est donc pas refuser le partage, mais bien s’abstenir d’empirer un creux conjoncturel. L’oublier, c’est mettre en péril l’avenir de tout le canton. Continuer
  • PSN, FSN
    Le Parti socialiste neuchâtelois (PSN) et la section neuchâteloise des Femmes socialistes* (FSN) félicitent chaleureusement Martine Docourt Ducommun pour son élection à la coprésidence des Femmes* socialistes suisses (FSS). Sa ténacité, son attachement au dialogue ainsi que son expérience tant politique que professionnelle seront des atouts précieux pour les FSS. Au sein du PSN, Martine Docourt agit avec détermination depuis plusieurs années pour que l’égalité entre femmes et hommes se concrétise par les actes, à l’intérieur et à l’extérieur du parti. Elle a ainsi contribué, avec les FSN, à faire du PSN le parti le plus progressiste du canton tant en termes d’équilibre des postes à responsabilités en son sein que d’élues sur le plan cantonal. Continuer
  • PSN
    Le Parti socialiste neuchâtelois salue le rejet par le Tribunal fédéral des recours qui bloquaient l’introduction du salaire minimum neuchâtelois. Une décision historique qui permet enfin la mise en place d’une mesure nécessaire et concrète en faveur des travailleuses et des travailleurs les plus pauvres. Une mesure voulue en 2011 par les Neuchâteloises et les Neuchâtelois qui vise à assurer que le fruit du travail d’une personne couvre au moins un minimum vital. Si l’arrêt des juges fédéraux réjouit les socialistes neuchâtelois, le PSN regrette que des intérêts particuliers aient privé d’une plus digne rémunération de trop nombreuses personnes déjà fragilisées. Les conséquences, souvent lourdes, parfois sans retour en arrière possible, induites par les recours et l’attente qui aura suivi sont injustifiables. Continuer
  • Didier Berberat, conseiller aux États
    Prévoyance vieillesse 2020 (PV 2020) est un compromis qui inclut un élément particulièrement douloureux : le relèvement de l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans. Or l’inégalité salariale au détriment des femmes est encore d’environ 19 %. Cependant, refuser PV 2020 ne changerait rien à cette situation scandaleuse, contre laquelle nous luttons depuis longtemps et que nous continuerons à combattre. Malgré ce point négatif, le groupe socialiste des Chambres fédérales a soutenu le projet résolument, car il comporte des avancées sociales appréciables et, condition indispensable, il préserve le niveau des rentes. PV 2020 renforce le 1er pilier (AVS) par rapport au 2e (LPP, prévoyance professionnelle). Cela s’inscrit parfaitement dans la ligne du PS, car l’AVS est beaucoup plus sociale et son financement est solidaire, avec des cotisations non plafonnées. Continuer