YESYES
Communiqué de presse | 15 novembre 2018
Soutien à revoir pour les ménages aux revenus modestes
Réforme des subsides d’assurance maladie

Le Parti socialiste neuchâtelois regrette vivement que les effets positifs de la modification du système d’allocation des subsides LAMal soient largement contrebalancés par une réduction de l’enveloppe allouée à ce soutien indispensable. Le PSN ne peut accepter que des Neuchâtelois-e-s, aux revenus qui n’ont rien d’excessif, se voient rogner ou retirer leur droit aux subsides après avoir vu leurs primes une nouvelle fois s’envoler. S’il salue l’engagement du Conseil d’État dans sa lutte contre les effets de seuil, un combat juste et nécessaire porté de longue date par le parti, le PSN attend du gouvernement des propositions concrètes, chiffrées et applicables dès 2019 pour minimiser l’impact social de sa réforme qui, faut-il le rappeler, dégradera la situation de 9'000 personnes dans ce canton. 

Au coût individuel des primes est venu au fil du temps s’ajouter le coût collectif des dispositifs d’atténuation du poids des primes. Des dispositifs que l’explosion continuelle des primes couplée aux difficultés financières de l’État ont vu être limités puis réduits dans leurs effets. L’absurdité des règles votée par la majorité bourgeoise des Chambres fédérales conduit les ménages, année après année, à consacrer une part toujours plus importante de leur revenu aux primes d’assurance-maladie. Et si, en théorie, il ne revient pas à Neuchâtel de compenser les effets induits par la politique fédérale, il est, en pratique, inadmissible que l’État puisse envisager de laisser des personnes dont la situation sociale est précaire sur le bord du chemin.

Le PSN se réjouit de voir aboutir les efforts du Conseil d’État pour lutter contre les effets de seuil dans le domaine des subsides. Il attend cependant que les correctifs nécessaires soient apportés afin qu’en 2019, mais aussi de manière durable, l’État assume ses responsabilités.
Le PSN et ses élu-e-s au Grand conseil y veilleront. Car, si la réforme permettra aux ménages ayant de faibles revenus de bénéficier d’un meilleur soutien, elle privera, dans le même temps, plusieurs milliers de ménages aux revenus modestes d’un apport indispensable. Ce qui est inadmissible. 

A écouter
Interview de Florence Nater, présidente du PSN, dans l'émission Forum de RTS La Première

NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic et d’affiner les contenus mis à votre disposition sur nos supports numériques.